Votre librairie disponible 24/24 h

Librairie La Galerne - 148, rue Victor Hugo - 76600 Le Havre

02 35 43 22 52

Les Choses humaines

Les Choses humaines

Karine Tuil

Gallimard

  • par (Libraire)
    16 septembre 2019

    Prenant

    352 pages qui se lisent d'une traite. Karine Tuil sait nous emmener avec brio à la rencontre de ses personnages pris dans la tourmente.
    Nous sommes dans un milieu intellectuel, bourgeois "bien sous tout rapport" jusqu'au jour où un viol est commis. Il ouvre la boîte de Pandore, on découvre alors l'envers du décor, les failles, les compromis, la médiocrité.
    C'est aussi une description précise et passionnante d'un procès, une réflexion sur le passage à l'acte, et la violence de notre société.

    Vanessa


  • par (Libraire)
    15 septembre 2019

    Existe-t-il plusieurs vérités ?

    Existe-t-il plusieurs vérités ?
    Karine Tuil décripte avec empathie l'efficacité redoutable de la machine médiatico-judiciaire. Et personne n'en sortira indemne ...


  • par (Libraire)
    9 septembre 2019

    les choses inhumaines

    La vie très médiatique et très mondaine d'un célèbre journaliste, Jean Farel, bascule le jour où son fils Alexandre, brillant étudiant, promis à un très bel avenir, est accusé de viol.
    Le mouvent Meetoo, les réseaux sociaux, le culte de l'image de soi, la dureté des médias sont abordés dans ce roman.
    Un sentiment de malaise nous poursuit au fil des pages du procès : à aucun moment Alexandre ne regrette son geste. Mais, après tout ça, quel avenir pour la victime ?


  • par (Libraire)
    4 septembre 2019

    Un roman sociétal brillant

    Jean est présentateur de télévision, Claire est journaliste reconnue pour ses articles féministes. Leur fils, promis à un brillant avenir, est accusé de viol. Commence un procès qui fait vaciller les certitudes de chacun. Les plaidoiries sont passionnantes et interrogent notre rapport à la domination masculine, aux jeux de pouvoir. Après l’affaire Weinstein, Me too, Karine Tuil, sans jamais prendre parti, signe un roman sociétal très fort ancré dans l’air du temps. Une fine analyse des comportements humains et des contradictions présentes en chacun de nous.


  • par (Libraire)
    30 août 2019

    J’ai trouvé ce livre très intéressant et plus encore, intelligent et pertinent. Les questions de la violence faite aux femmes, des rapports dominant, dominé du féminisme aujourd’hui sont abordés de telle façon que le lecteur ne peut se dérober. Le portrait de Claire, féministe et mère d’un garçon accusé de viol, est très réussi. Sa critique de nos sociétés contemporaines est juste et implacable.


  • par (Libraire)
    26 août 2019

    Jean et Claire donnent l’image d’un couple parfait. Lui est journaliste TV célèbre, elle est est essayiste souvent sollicitée par les médias pour ses expertises sociétales. Leur fils de 20 ans, Alexandre est promis à un brillant avenir. Cette vie parfaite est complètement remise en question quand Alexandre est accusé de viol. Une fois de plus, Karine Tuil fait preuve d’une grande clairvoyance sur notre société. Le mouvement Metoo, les réseaux sociaux, le culte de l’image, la violence des médias. C’est LE roman des années 2015-2020 et c’est formidable ! Gros coup de cœur !
    Valérie


  • 26 août 2019

    Vie moderne

    Le roman commence avec de longs chapitres qui présentent chacun des personnages en s’attardant sur Jean Farel, célèbre journaliste de plus de 60 ans mais toujours à l’antenne.

    Son ancienne seconde femme, Claire, est une écrivaine féministe.

    Leur fils Alexandre prépare son admission à Stanford et revient à Paris ou son père va recevoir la Légion d’honneur (ou un autre hochet de la République).

    Après la réception à l’Elysée, Alexandre se rend à une fête avec la fille aînée de l’amant de sa mère. Lors de cette soirée, Mila boit du champagne, elle qui n’a pas l’habitude et Alexandre finit par la violer derrière une benne à ordure et récupérer sa petite culotte, enjeu d’un pari.

    Mais Mila porte plainte et tout bascule.

    Et c’est là que le roman met mal à l’aise : Alexandre ne regrette pas son acte. Ce qui le gène, c’est d’être incarcéré et de ne pouvoir se rendre à son entretient pour Stanford. Pour lui, ce qu’il a fait est normal.

    Sa mère, féministe engagée, prend tout de même le parti de son fils.

    Jean, le père croit à un complot pour le faire virer de la chaîne, et va même jusqu’à avoir des propos outranciers lors du procès de son fils.

    Car ce que démontre le procès, c’est que c’est la victime Mila qui est accusée : est-ce qu’elle ment ? Pourquoi ne s’est-elle pas défendue ? Ses moindres gestes après son viol sont suspects.

    En revanche, tout ce qu’a fait Alexandre est parfaitement normal et le reflet des comportements des jeunes qui regardent tous des vidéos pornos et trouvent normal de dire à une jeune fille qu’il ne connait pas : « Suce-moi, salope ». Révoltant !

    Un roman qui analyse la procédure pénale et la société contemporaine où tout le monde avale du Xanax comme des bonbons pour rester performant et surtout ne pas penser aux conséquences de ses actes.

    Une lecture qui m’a parfois révoltée devant le désarroi de Mila, qui avant d’être violée et condamnée n’a pas eu de procès.

    Un grand roman malheureusement basé sur des faits réels.

    Et puis un roman qui s’ouvre sur une citation de Bernanos ne pouvait que me plaire.

    L’image que je retiendrai :

    Alors qu’Alexandre rentre dormir chez sa mère après le viol, Mila se rend à la police puis à l’hôpital avec sa mère où elle subit des tonnes d’examens et avale des tas de pilules (du lendemain, contre le VIH et le MST)

    Quelques citations :

    Qui cherche la vérité de l’homme doit s’emparer de sa douleur. Georges BERNANOS in "La joie"

    C’est même comme ça qu’on sait qu’on est vivant : on se trompe. Philipp ROTH in "La pastorale américaine"

    La maladie est une zone d’ombre de la vie, un territoire auquel il coûte cher d’appartenir. En naissant, nous acquérons une double nationalité qui relève du royaume des bien portants comme de celui des malades. Et bien que nous préférions tous présenter le bon passeport, le jour vient où chacun de nous ets contraint, ne serait-ce qu’un court moment, de se reconnaître de l’autre contrée. » Susan SONTAG in "La Maladie comme métaphore"

    Elles étaient trois femmes d’une même génération, promises à un destin enviable, et les trois avaient été entravées, affaiblies, à des moments différents de leurs vies, à cause de la captation prédatrice des hommes en qui elles avaient confiance. (p.248)

    https://alexmotamots.fr/les-choses-humaines-karine-tuil/


  • par (Libraire)
    24 août 2019

    S’agissait-il d’un viol ou d’un rapport consenti ? Telle est la question que se pose le lecteur tout au long de ce roman habilement mené. Karine Tuil sème le trouble et, longtemps après la lecture les interrogations perdurent.


  • par (Libraire)
    24 août 2019

    Claire, essayiste féministe, est mariée à Jean, célèbre journaliste politique, de 27 ans son aîné. Ils forment un couple stable, s’aidant mutuellement dans leur carrière. Ils ont un fils, Alexandre, 21 ans, qui s’illustre dans de brillantes études aux États-Unis. Tout semble aller pour le mieux jusqu’au jour où… Claire tombe amoureuse d’un professeur de collège, la carrière de Jean s’embourbe et Alexandre se trouve mêlé à une sombre affaire… Je n’en dirai pas plus de peur de révéler un détail essentiel ! Ce qui est sûr c’est que ce texte formidable est un incontournable de cette rentrée ! Karine Tuil dresse le portrait d’une société et de personnages d’une authenticité impressionnante, elle brille par la maîtrise de son intrigue, par son écriture limpide et par le rythme échevelé qu’elle parvient à installer à la lecture. Elle soulève des questions passionnantes (féminisme, violences, média, réseaux sociaux…) sans jamais tomber dans le piège des réponses toutes faites et des bons sentiments ! Ce texte à l’intelligence rare vous emportera du début à la fin et vous laissera ébahi et enthousiaste…


  • par (Libraire)
    23 août 2019

    Jean et Claire Farel sont au sommet de la gloire médiatique. Lui est un célèbre journaliste, son émission politique est au top de l’audimat ; elle est une essayiste reconnue, entre autres, pour ses engagements féministes. Leur fils Alexandre est un brillant étudiant qui va bientôt rejoindre Stanford.
    Pourtant un soir, tout dérape. Une accusation de viol et la façade s’écroule.
    Puissant et fragile, chacun se retrouve pris dans l’engrenage implacable de la justice … et de la vie.


  • par (Libraire)
    23 août 2019

    Jean et Claire Farel sont au sommet de la gloire médiatique. Lui est un célèbre journaliste, son émission politique est au top de l’audimat ; elle est une essayiste reconnue, entre autres, pour ses engagements féministes. Leur fils Alexandre est un brillant étudiant qui va bientôt rejoindre Stanford.
    Pourtant un soir, tout dérape. Une accusation de viol et la façade s’écroule.
    Puissant et fragile, chacun se retrouve pris dans l’engrenage implacable de la justice … et de la vie.


  • par (Libraire)
    20 août 2019

    Claire et Jean Farel ont réussi. Ils naviguent dans la sphère médiatique. Jusqu'au jour où leur vie va basculer quand leur fils va être soupçonné de viol. On suit la mécanique implacable de cette chute familiale au travers de l'enquête puis du procès d'Alexandre. Un excellent roman qui s'inscrit dans l'actualité mais sait également trouver sa place dans une réflexion plus authentique sur le sens de la vie.


  • par (Libraire)
    17 août 2019

    Saccage

    Un efficace et percutant tableau de notre époque qui interroge notre société marquée par les violences sexuelles et sociales, par la quête de notoriété, par l'irruption inextinguible des réseaux sociaux, par le retentissement de procès médiatiques et ce qu'ils portent de traumatismes et de conséquences dévastatrices pour les victimes comme pour les coupables présumés. Un roman qui met en scène et en procès les ambiguïtés des personnages et des situations, laissant à chaque protagoniste ses recevables et troublants arguments, dans un brillant exercice de style qui met en scène procédure judiciaire et plaidoiries comme genre romanesque.


  • par (Libraire)
    9 août 2019

    Que feriez-vous si votre enfant était accusé de viol ?
    C'est la question que dois se poser Claire, éminente égérie féministe marié à un célèbre journaliste politique.
    A travers ce drame, Karine Tuil brosse un portrait acide de la société où les apparences et les faux semblants priment sur les individus et où l'entièreté d'une vie tient sur une réputation.

    Karine Tuil à son meilleur !


  • par (Libraire)
    8 août 2019

    Conseillé par Fabienne, libraire

    Le consentement et le viol sont au coeur de ce roman magistral, remarquable par sa construction et son écriture. On sort de cette lecture complètement sonné. Karine Tuil parvient à ébranler nos intimes convictions, rendant "Les choses humaines" totalement essentielles ! Quelle claque !