Votre librairie disponible 24/24 h

Librairie La Galerne - 148, rue Victor Hugo - 76600 Le Havre

02 35 43 22 52

A l'approche des fêtes de fin d'année, les difficultés d'approvisionnement en papier peuvent allonger nos délais de livraison jusqu'à 3 semaines pour les livres sur commande (points orange). Nous vous conseillons d'anticiper vos achats et de privilégier des ouvrages en stock (points verts).

D’une abolition l’autre, Textes d’un autre temps pour un débat d’aujourd’hui
Éditeur
Agone
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

D’une abolition l’autre

Textes d’un autre temps pour un débat d’aujourd’hui

Agone

Offres

  • Aide EAN13 : 9782748911237
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    9.99
Cette anthologie de textes consacrés à l’abolition de l’esclavage n’est pas
celle des Lumières et de leurs philosophes. Elle rassemble les textes d’hommes
du XIXe siècle, croyants et pragmatiques, scientistes et systématiques,
généreux et paternalistes. De la Restauration à la Seconde République, au
cours de ce siècle qui transcrit les problèmes sociaux en équations, la
passion se mêle au scientifique, la philanthropie à la rentabilité, la
générosité à la prudence méfiante.

« De quoi s’agit-il en effet ? De l’abolition de l’esclavage. [...] Mais ici
la question est plus grave encore ; car il s’agit de la race noire, qu’on veut
appeler, avec le temps, au même état que la race blanche en la faisant
participer à la jouissance des droits civils et des droits politiques, en lui
donnant accès dans les emplois publics et place sous les drapeaux de l’armée,
en la fusionnant pour ainsi dire avec la race blanche, et en s’exposant ainsi
à verser dans le sang européen des altérations que les siècles pourront seuls
effacer. » (Conseil spécial de la Martinique)

« La République n’entend plus faire de distinction dans la famille humaine.
Elle ne croit pas qu’il suffise, pour se glorifier, d’être un peuple libre.
[...] Elle a pris au sérieux son principe. Elle répare envers ces malheureux
le crime qui les enleva jadis à leurs parents, à leur pays natal, en leur
donnant pour patrie la France et pour héritage tous les droits du citoyen
français ; et, par là, elle témoigne assez hautement qu’elle n’exclut personne
de son immortelle devise : Liberté, égalité, fraternité. » (Victor Schœlcher)
S'identifier pour envoyer des commentaires.