Votre librairie disponible 24/24 h

Librairie La Galerne - 148, rue Victor Hugo - 76600 Le Havre

02 35 43 22 52

A l'approche des fêtes de fin d'année, les difficultés d'approvisionnement en papier peuvent allonger nos délais de livraison jusqu'à 3 semaines pour les livres sur commande (points orange). Nous vous conseillons d'anticiper vos achats et de privilégier des ouvrages en stock (points verts).

Du tabac pour le mort, Une histoire de la réanimation
Éditeur
Champ Vallon
Date de publication
Collection
Epoques
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Du tabac pour le mort

Une histoire de la réanimation

Champ Vallon

Epoques

Offres

  • Aide EAN13 : 9791026707301
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    16.99

  • Aide EAN13 : 9791026707318
    • Fichier PDF, avec Marquage en filigrane
    16.99

Autre version disponible

Comment l’idée a-t-elle pu venir aux Lumières de souffler de la fumée de tabac
dans le derrière des noyés pour les ramener à la vie ? Cette pratique à
première vue grotesque est tout sauf un accident de parcours : considérée
jusqu’à la mi-xixe siècle comme la meilleure méthode de réanimation, cette
insufflation anale a bénéficié d’investissements savants et publics
considérables – des boîtes contenant tout le nécessaire à sa mise en œuvre
furent installées le long de la Seine, du Rhône et de la Saône, ou de la
Tamise. Plus encore, les discours savants qui introduisirent la préoccupation,
alors nouvelle, de la réanimation, regorgent de faits plus étranges les uns
que les autres : aux histoires épouvantables d’enterrés vivants répondent des
cas étudiés très sérieusement, jusque dans l’Encyclopédie, d’hirondelles ou de
cigognes qui hibernent au fond des lacs ou des rivières, ou sur la lune. En
remontant le fil de ces récits, Anton Serdeczny aboutit à une conclusion
inattendue : leur source est orale, et la science, même celle des Lumières, a
pu y puiser pour alimenter de nouveaux champs – comme l’action médicale sur le
corps mort. Les motifs mis à contribution dans la réanimation des Lumières
relèvent de systèmes de représentations orales parfaitement cohérents, et
avant tout liés au carnaval. Cette clef anthropologique permet d’expliquer la
pratique de l’insufflation de fumée de tabac. Adaptation improbable et
involontaire d’un vieux geste carnavalesque, elle tirait son origine et sa
puissance d’évocation de sa dimension symbolique : remettre l’âme à l’envers à
celui qui est mort dans un monde inversé, sous la surface de l’eau. Rarement
la recherche des liens entre innovation scientifique et registres culturels a
pu être poussée aussi loin, et c’est là tout l’intérêt de cet ouvrage :
remettre en cause notre vision des Lumières, et plus encore de la science
Docteur en histoire de l’EPHE, Anton Serdeczny enseigne l’histoire moderne à
l’Université d’Aix-Marseille.
S'identifier pour envoyer des commentaires.