Votre librairie disponible 24/24 h

Librairie La Galerne - 148, rue Victor Hugo - 76600 Le Havre

02 35 43 22 52

J'ai longtemps cru qu'il suffisait d'être deux, Le désir d'enfant et la médecine
Éditeur
Grasset
Collection
Documents Français
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

J'ai longtemps cru qu'il suffisait d'être deux

Le désir d'enfant et la médecine

Grasset

Documents Français

Offres

  • AideEAN13 : 9782246813330
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

    12.99

Autre version disponible

« J’ai longtemps cru qu’il suffisait d’être deux pour faire un enfant. Eve,
Adam ;  un instant d’éternité. La vie s’est chargée de me détromper : à 27
ans, comme de plus en plus de femmes, j’ai dû demander l’aide de la médecine
pour tenter d’être mère. A l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul, j’ai rencontré une
gynécologue obstétricienne, Sylvie Epelboin. Elle a suivi ce long chemin avec
moi. Un chemin qui a duré des années, qui a eu la peau de mon mariage, mais
qui a créé un lien unique entre le docteur Epelboin et moi, entre la soignante
et la patiente. » « Et moi, Elise, je me souviens de ce premier jour, de votre
entrée avec Simon, dans mon cabinet. Vos regards, votre jeunesse, cette envie,
et devant vous, la médecine, le temps…. »
Vingt-cinq ans plus tard, Elise propose à Sylvie de croiser leurs regards sur
cette aventure, de mêler l’intime à la médecine. D’un côté, Elise, jeune
adulte, jeune mariée, confrontée à une épreuve à laquelle elle n’était pas du
tout préparée, hantée par les réminiscences d’épisodes très douloureux de son
histoire. De l’autre côté, Sylvie, passionnée, engagée, féministe et mère, à
l’origine d’un des premiers centres de fécondation in vitro en France, aussi
attentive aux progrès de la Science qu’aux questions éthiques qui les
traversent.
« Nous avons écrit toutes les deux, soucieuses de raconter au plus juste cette
histoire d’intimité médicalement assistée. Peuvent s’y reconnaître les femmes
à qui l’enfant se refuse, celles qui ont enfin mené à terme ces grossesses
rêvées, et, bien sûr, les médecins, chercheurs, biologistes, qui, d’une
manière ou d’une autre, ont leur place dans cette épopée inouïe qu’est
l’Assistance Médicale à la Procréation. »
S'identifier pour envoyer des commentaires.