Votre librairie disponible 24/24 h

Librairie La Galerne - 148, rue Victor Hugo - 76600 Le Havre

02 35 43 22 52

Les Ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914) - Volume 1, La formation de la classe ouvrière régionale
Éditeur
Presses Universitaires de Lyon
Date de publication
Collection
Histoire
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les Ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914) - Volume 1

La formation de la classe ouvrière régionale

Presses Universitaires de Lyon

Histoire

Offres

  • AideEAN13 : 9782729709600
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    10.99
C'est dans un large cadre géographique que s'inscrit le travail d'Yves Lequin
: Lyon et sa mouvance directe mais aussi le bassin de la Loire, le Dauphiné,
la Savoie, le Bugey, le Vivarais, les montagnes du Roannais et du Beaujolais ;
il évite ainsi à la fois l'étroitesse de la monographie et les faux-semblants
du cadre national confondu avec les appareils parisiens. Livre d'histoire
sociale de la classe ouvrière, il éclaire la vie et l'action de ses
organisations par les modalités de l'industrialisation, par les évolutions de
la vie matérielle et culturelle, par la sociologie des groupes où elles
s'insèrent. L'image qui en sort rompt avec l'idée habituelle d'une évolution
linéaire. Yves Lequin oppose fortement deux périodes séparées, grossièrement
par la grande dépression des années 1880-1890 qui coïncide avec une profonde
mutation de toute l'économie régionale. Jusque-là, l'industrialisation n'a pas
été rupture mais développement parti de loin ; aussi les groupes ouvriers
renforcent-ils leur cohésion en augmentant leur nombre, même si la médiocrité
des conditions de travail et de vie correspond bien aux descriptions du temps
; autour du métier naissent des mouvements collectifs et une prise de
conscience très précoces d'où sortent des organisations professionnelles d'une
puissance insoupçonnée et qui atteignent leur apogée à la veille des années
1880. C'est après 1890, la reconversion totale de l'industrie régionale qui
brise leur base militante ; la Belle Époque est un temps d'inquiétudes et
d'incertitudes malgré l'amélioration du niveau de vie ; avec la disparition du
« métier » liée à une déqualification générale du travail, disparaît ou
s'affaiblit l'identité collective. C'est en fait une nouvelle classe ouvrière
qui est en train de naître, encore incertaine d'elle-même et souvent
prisonnière de conduites revendicatives ou politiques héritées du xixe siècle,
inadaptées au siècle qui naît.
S'identifier pour envoyer des commentaires.