Votre librairie disponible 24/24 h

Librairie La Galerne - 148, rue Victor Hugo - 76600 Le Havre

02 35 43 22 52

La Fille de cinquante ans
Éditeur
Globe
Date de publication
Collection
Globe
Langue
français
Langue d'origine
suédois
Fiches UNIMARC
S'identifier

La Fille de cinquante ans

Globe

Globe

Offres

  • Aide EAN13 : 9782211300346
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    9.99

Autre version disponible

Un travail intéressant, une vie intellectuelle, des amis… Mais un célibat
involontaire qui dure depuis trente ans : amours déçues, refus, rebuffades,
questions indiscrètes, solitude profonde, conseils déplacés, condescendance…
Malin Lindroth a cinquante ans quand elle réalise qu’elle n’aura pas
d’enfants. C’est l’occasion pour elle de réfléchir à son histoire qui est
aussi celle de ces millions de femmes qui continuent de chercher « une vie à
soi » tout en se confrontant aux normes de la vie de couple. Car, dans le
monde occidental, la vie à deux constitue non seulement la plus haute
expression de l’amour, mais la seule et unique. Vivre seule est vu comme un
échec, ou une parenthèse en attendant mieux. Que faire de cet échec ? Se
laisser inspirer par le kintsugi, peut-être, cet art japonais de la réparation
qui consiste à souligner à la poudre d’or les cicatrices des porcelaines et
des céramiques brisées. La peur de la solitude et tout ce que nous faisons
pour y échapper est bien souvent plus blessant que la solitude elle-même. «
Notre besoin de consolation est impossible à rassasier », écrivait le suédois
Stig Dagerman. Malin Lindroth lui donne tort avec ce livre éblouissant
d’humanité qui, comme La Femme de trente ans de Balzac en son temps, donne aux
femmes le droit d’être reconnues par la société en dehors des diktats de
l’époque et de la loi du marché. Tout à la fois essai et témoignage, La Fille
de cinquante ans pose une question essentielle : quelle place reconnaître aux
femmes seules qui aiment toujours autant vivre et aimer ? Au siècle dernier,
en Suède – pays pionnier du féminisme –, elles avaient plus de droits que les
femmes mariées.
S'identifier pour envoyer des commentaires.