Votre librairie disponible 24/24 h

Librairie La Galerne - 148, rue Victor Hugo - 76600 Le Havre

02 35 43 22 52

Mon peuple les Cheyennes, Lettres de George Bent à George E. Hyde
EAN13
9782953572643
ISBN
978-2-9535726-4-3
Éditeur
Editions du Rocher
Date de publication
Collection
Nuage Rouge
Nombre de pages
415
Dimensions
2 x 1 x 0 cm
Poids
618 g
Langue
français
Langue d'origine
anglais
Code dewey
305.8973530092
Fiches UNIMARC
S'identifier

Mon peuple les Cheyennes

Lettres de George Bent à George E. Hyde

De

Editions du Rocher

Nuage Rouge

Indisponible
George Bent, fils de William Bent qui avait fondé le fort de Bent sur le cours supérieur de l’Arkansas dans le Colorado, est né dans les années 1840. Sa mère était une Cheyenne, Owl Woman, la fille de White Thunder le Gardien des Flèches sacrés – Medicine Arrows – des Cheyennes du Sud. George Bent, et son frère Charles, ont été élevés dans le fort puis envoyés par leur père dans une école du Missouri. À leur retour dans le Colorado, face aux événements tragiques qui secouaient son peuple les Cheyennes et à la mauvaise tournure que prenait la guerre de Sécession où on qualifiait les frères Bent d’hostilité farouche à l’Union du Nord, George, tout seul, retourna dans la tribu de sa mère, vers les siens, pour y vivre plus de quarante années. Rassemblant ses souvenirs pour faire connaître l’histoire véridique, de 1905 jusqu’en 1918, date de sa mort, George Bent collecta auprès de ses frères cheyennes une foule d’informations complémentaires à ce qu’il savait déjà lui-même. Il établit dès lors une correspondance régulière avec le grand historien ses Sioux, George E. Hyde, que ce dernier a su reprendre et restituer et grâce à qui nous devons, ici, ce témoignage unique d’une vie dans les Plaines du Nord à l’époque où les Indiens vivaient leurs dernières de liberté, une époque à l’apogée de leur splendeur. George Bent fut en effet le seul à pouvoir raconter par écrit les événements dont il fut le témoins et souvent l’acteur.

Il put décrire les anciennes coutumes guerrières des Indiens des Plaines. Ce fut la dernière grande occasion de les observer. Parmi les tribus hostiles, il était un des rares témoins oculaires capables de rendre compte des événements et notamment les massacres de Sand Creek en 1864, et de la Washita en 1868 – où fut tué le chef cheyenne Black Kettle dont la nièce était la femme de Bent – ainsi que les grands raids sur la Platte contre les colonnes de l’armée américaine.

L’auteur nous transmet de nombreux et précieux éléments quant à la vie traditionnelle dans la société cheyenne, et ses rapports avec autres tribus dont les Sioux et les Arapahoes. Ce document irréfutable demeure un témoignage de première main sur la vie, les mœurs et les guerres que les Cheyennes menèrent contre l’envahisseur, et donne au récit de Bent une valeur irremplaçable pour les historiens.

La photographie de couverture représente White Horse, Cheyenne - 1873. elle fait partie de l’ancienne collection de Maurice G. Dérumaux désormais collection Daniel Dubois.
S'identifier pour envoyer des commentaires.