Votre librairie disponible 24/24 h

Librairie La Galerne - 148, rue Victor Hugo - 76600 Le Havre

02 35 43 22 52

A l'approche des fêtes de fin d'année, les difficultés d'approvisionnement en papier peuvent allonger nos délais de livraison jusqu'à 3 semaines pour les livres sur commande (points orange). Nous vous conseillons d'anticiper vos achats et de privilégier des ouvrages en stock (points verts).

Aux marges de la médecine, Santé et souci de soi, France (XIXe siècle)
Éditeur
Presses Universitaires de Provence
Date de publication
Collection
Corps et âmes
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Aux marges de la médecine

Santé et souci de soi, France (XIXe siècle)

Presses Universitaires de Provence

Corps et âmes

Offres

  • Aide EAN13 : 9791036566660
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    7.99
Parmi les nombreux écrits consacrés depuis près de quarante ans à l’étude des
relations entre les populations, la santé, la médecine et les médecins dans la
France du XIXe siècle, on a choisi ici délibérément de ne retenir qu’une
partie de ceux qui traitent des marges du système sanitaire. On y trouvera
donc peu de choses sur les médecins, sauf s’ils sont hétérodoxes, ni sur
l’accès aux soins médicaux, mais d’abord des articles consacrés aux sages-
femmes, aux religieuses soignantes, aux officiers de santé et aux pharmaciens.
D’autres traitent des comportements sanitaires populaires peu conformes aux
injonctions médicales, comme l’usage du médicament ou celui des eaux
minérales. Quelques uns présentent la face cachée de l’histoire hospitalière
avec ses petits établissements et ses pensionnaires plus pauvres que malades.
Une dernière série souligne le rôle des patients dans les médecines marginales
comme l’homéopathie et quelques autres. Au-delà de la diversité des thèmes
abordés, ce recueil ne se contente pas de réévaluer le rôle de certains
acteurs méconnus mais il tente de démontrer que nos actuelles attitudes face à
la maladie et à la santé, ne sont pas seulement le fruit d’une médicalisation
imposée du haut mais aussi le reflet des aspirations populaires. Enfin, il
laisse entrevoir ce qu’aurait pu être un système de santé dans lequel les
patients et les professions intermédiaires auraient eu toute leur place aux
côtés des médecins.
S'identifier pour envoyer des commentaires.