Votre librairie disponible 24/24 h

Librairie La Galerne - 148, rue Victor Hugo - 76600 Le Havre

02 35 43 22 52

A l'approche des fêtes de fin d'année, les difficultés d'approvisionnement en papier peuvent allonger nos délais de livraison jusqu'à 3 semaines pour les livres sur commande (points orange). Nous vous conseillons d'anticiper vos achats et de privilégier des ouvrages en stock (points verts).

La flexibilité des sanctions, XXIes journées juridiques Jean Dabin
Éditeur
Bruylant
Date de publication
Collection
Bibliothèque de la faculté de droit et de criminologie de l'Université catholique de Louvain
Nombre de pages
726
Langue
français
Code dewey
340.11
Fiches UNIMARC
S'identifier

La flexibilité des sanctions

XXIes journées juridiques Jean Dabin

Bruylant

Bibliothèque de la faculté de droit et de criminologie de l'Université catholique de Louvain

Offres

  • Aide EAN13 : 9782802739319
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Copier/Coller

      Impossible

      Lecture audio

      Impossible

    189.99

Autre version disponible

La notion de sanction convoque en droit un acte unilatéral approbateur ou désapprobateur, relevant de l'exercice d'un pouvoir institué chargé de récompenser ou, plus souvent, de punir. Elle est probablement une des plus floues du droit. C'est peut-être déjà un des premiers indices de sa flexibilité conceptuelle ou de son caractère polysémique.
La flexibilité n'est pas moins floue. Elle renvoie à des qualités diversifiées : incassable, adaptable, extensible, excédentaire et docile. Elle présente aussi une proximité sémantique avec l'élasticité, le pluralisme, la liquidité, l'incertitude, voire la solubilité...
Outre le clin d'œil adressé au « Flexible droit » de Jean Carbonnier, le choix de réunir ces deux notions repose sur une hypothèse : les sanctions juridiques pourraient bien être atteintes des symptômes qui affectent les sociétés démocratiques dans lesquelles les institutions s'assouplissent (sans pour autant perdre de leur force), accompagnent les sujets plus qu'elles ne les contraignent, les responsabilisent plus qu'elles ne les sanctionnent verticalement et « inflexiblement ». S'éloignant de l'image du fardeau sur les épaules, alourdissant la démarche, la sanction deviendrait un tuteur pour guider les comportements ou une rampe pour prévenir les excès. Cette hypothèse, suggérant une transformation, ne repose pas pour autant sur une vision angélique, faisant miroiter un quelconque adoucissement de la vie sociale ou des contraintes juridiques. Elle est susceptible de convoquer l'arbitraire, le déficit de sécurité juridique ou l'accroissement du contrôle. Elle est probablement aussi contestable que vérifiable et l'enjeu scientifique de cet ouvrage sera de la mettre à l'épreuve à travers les évolutions de nombreuses branches du droit : pénal, économique, social, privé, public et européen.
S'identifier pour envoyer des commentaires.