Votre librairie disponible 24/24 h

Librairie La Galerne - 148, rue Victor Hugo - 76600 Le Havre

02 35 43 22 52

A l'approche des fêtes de fin d'année, les difficultés d'approvisionnement en papier peuvent allonger nos délais de livraison jusqu'à 3 semaines pour les livres sur commande (points orange). Nous vous conseillons d'anticiper vos achats et de privilégier des ouvrages en stock (points verts).

Les Sociétés malades du progrès
Éditeur
FeniXX rédition numérique (Plon)
Date de publication
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les Sociétés malades du progrès

FeniXX rédition numérique (Plon)

Offres

  • Aide EAN13 : 9782259237710
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    7.49

  • Aide EAN13 : 9782259237727
    • Fichier PDF, avec Marquage en filigrane
    7.49
Les hommes de 1900 croyaient au progrès. Leurs fils annonçaient, en 1910, la
fin prochaine des épidémies, la santé pour tous et des retraites garanties. À
la fin de ce siècle, ces certitudes ont disparu : le prix de la santé ne cesse
d'augmenter, il n'est pas d'année où quelque drame survienne – Tchernobyl, le
sida, la vache folle –, on voit même resurgir des maladies qu'on croyait
éradiquées. Ce livre montre qu'il existe un rapport entre ces phénomènes, et
l'état de crise généralisée qui caractérise notre temps. Dans les pays
développés, tout se passe comme si le lieu et l'objet des grands conflits
sociaux traditionnels s'étaient déplacés. Hier liés à l'exploitation de
l'homme par l'homme, ils s'exprimaient par la grève, ou par la révolution.
Aujourd'hui, la maladie a pris la relève de la grève, ou l'accompagne, dans
une réaction de refus social. Tantôt elle se manifeste sous forme de
résistance passive, tantôt elle témoigne de sa désorganisation. Pour autant,
l'obsession de la santé parfaite n'a pas disparu. La maladie est alors un
enjeu, que se disputent l'ordre médical, les entreprises, l'État et l'ordre
juridique. Source de profit et de pouvoir, la maladie devient un personnage
social qui étend son champ. Expliquer les effets pervers du progrès, ce n'est
pas en abandonner l'idée, mais mettre au jour des forces nouvelles, que nos
démocraties continuent d'ignorer.
S'identifier pour envoyer des commentaires.