Votre librairie disponible 24/24 h

Librairie La Galerne - 148, rue Victor Hugo - 76600 Le Havre

02 35 43 22 52

Le Colonel Fabien était mon père
EAN13
9782755500998
ISBN
978-2-7555-0099-8
Éditeur
Mille et une nuits
Date de publication
Collection
ESSAIS
Nombre de pages
330
Dimensions
19 x 12 x 0 cm
Poids
610 g
Langue
français
Code dewey
940.533
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le Colonel Fabien était mon père

De

Mille et une nuits

Essais

Offres

Autre version disponible

Colonel Fabien n'est pas uniquement le nom d'une place où se dresse le siège du Parti communiste. C'est le nom de résistant de Pierre Georges, né le 21 janvier 1919. Titi parisien débordant d'énergie, fils d'un ouvrier boulanger, conscient de la misère pendant la crise des années 1930, il organise les Jeunesses communistes de son quartier à Belleville. En 1936, dès que la République espagnole est attaquée par Franco et que les Brigades internationales sont créées, il falsifie ses papiers pour faire croire qu'il a dix-huit ans et gagne l'Espagne.
De retour en France, il rencontre Andrée et l'épouse. Le déclenchement de la guerre et le pacte germano-soviétique écourtent leur lune de miel: tous les deux sont arrêtés et emprisonnés fin 1939. Leur existence bascule dans la clandestinité en juin 1940. Pierre prend part à des sabotages et à des attentats avec les Bataillons de la jeunesse. L'Histoire a retenu son coup de feu contre un officier allemand à la station de métro Barbès, mais son action a été de structurer dans plusieurs régions la lutte des francs-tireurs et partisans contre l'occupant en Provence et en Corse, dans le Centre et en Franche-Comté, avant de participer à la libération de Paris. En septembre 1944, à vingt-cinq ans, le résistant est un chef militaire qui veut poursuivre la guerre. Il ne la terminera pas.
Née en août 1940, Monique Georges n'est pas le témoin direct de cette histoire. Elle découvre à la mort de sa mère, en 2006, la correspondance de celle-ci avec son père. Le moment est alors venu pour elle de ranimer le souvenir d'un jeune homme attachant sous son casque de héros.

La vie de ce père qu'elle a si peu connu, l'auteur la raconte avec une honnêteté factuelle et politique scrupuleuse, sans emphase superflue. À quoi bon forcer le trait quand la simple réalité dépasse ce que pourrait produire l'imagination la plus fertile?
Avec ce livre aussi éclairant que poignant, Monique Georges contribue à ce que l'éclipse de son père ne dure que le temps d'un battement de cils de l'Histoire. Gilles Perrault
S'identifier pour envoyer des commentaires.