Votre librairie disponible 24/24 h

Librairie La Galerne - 148, rue Victor Hugo - 76600 Le Havre

02 35 43 22 52

  • © Roland Allard

Tanguy Viel

Biographie

Tanguy Viel est né en 1973 à Brest. Il publie son premier roman Le Black Note en 1998 aux Editions de Minuit qui feront paraître Cinéma (1999), L’Absolue perfection du crime (2001), Insoupçonnable (2006), Paris-Brest (2009), La Disparition de Jim Sullivan (2013) et en janvier 2017 Article 353 du code pénal.
Pensionnaire de la Villa Médicis en 2003-2004, il a obtenu le prix Fénéon et le prix de la Vocation pour L’Absolue perfection du crime.
Après une enfance en Bretagne, il a vécu à Bourges, Tours, Nantes avant de venir s’installer près d’Orléans.

Contributions de Tanguy Viel

Voir tout (25)

Tanguy Viel nous parle de son livre "Article 353 du code pénal" (éditions de Minuit), dans l'émission Dialogues littéraires, réalisation : Ronan Loup.
Interview par Laurence Bellon.


Interview de Tanguy Viel

Propos recueillis le 23 février 2009

Pourquoi écrivez-vous?

Je ne sais pas vraiment. J'ai pris l'habitude de dire que ça donnait du sens à ma vie. Je crois que c'est vrai mais ça doit être plus irrationnel que ça, plus compulsif aussi. Je sais seulement que ça vient de loin.

Qu'entendez-vous par l'expression "fabrique de l'écriture"?

Rien de précis en fait. C'est devenu un tic de langage dans ma bouche. Ce qui me plaisait au départ dans cette expression, c'était le renvoi à l'artisanat, au travail presque manuel qu'implique la construction d'une phrase, d'un paragraphe, a fortiori la construction d'un livre. Ce sont des choses très liées au bâtiment, à l'architecture, on parle de coupe, d'échafaudage, de plan, de collage.

Quelles ont été ou quelles sont vos références dans le genre policier,
polar?

Je n'en ai pas en littérature, sauf à remonter à l'ancêtre du polar, qui serait sans doute à trouver du côté du roman anglais du XIXème siècle, du roman noir comme on disait à l'époque. Pour moi le genre policier, ça a toujours eu à voir avec le cinéma, jamais avec les livres. Aujourd'hui seulement je commence à lire quelques polars, Pete Dexter ou Donald Westlake.

Quelle est la part d'autobiographie dans *Paris-Brest*?

Disons : plus Brest que Paris. Pour le reste, je ne sais plus, je confonds toujours la fiction et la réalité. C'est un vrai problème.

Quelle place occupe Brest dans votre vie, dans votre cœur?

Simplement, c'est le lieu de l'enfance, ou plutôt c'était le lieu de l'enfance et je crois que c'est devenu le lieu d'une fiction, aussi un terrain d'écriture. C'est pour ça que je confonds le réel et la fiction, parce que Brest, je sais que j'y ai vécu, que j'y ai été très heureux, et en même temps je sais qu'aujourd'hui c'est une ville purement mentale avec du gris et du bleu.

Quel est votre mot préféré?

Je n'en ai pas vraiment. Peut-être ce sont les mots les plus électriques, ceux qui canalisent un désir d'écrire que je préfère. Par exemple, le mot "argent". Le mot "maison". Le mot "mer".


Extrait de l'émission Dialogues Littéraires où des lycéens de Brest ont fabriqué une boîte à questions pour cinq écrivains : David Foenkinos, Gwenaëlle Aubry, Michel Bussi, François Bégaudeau et Tanguy Viel. Réalisation : Ronan Loup. Production : Dialogues.

Rencontre avec l'auteur Tanguy Viel à la librairie Dialogues, le 9 mars 2009, à l'occasion de la sortie de son livre Paris-Brest (Editions de Minuit).


Les élèves de plusieurs lycées brestois rendent hommage aux auteurs Tanguy Viel, Gwenaëlle Aubry, François Bégaudeau, Michel Bussi et David Foenkinos dans l'émission Dialogues Littéraires. Production : librairie Dialogues. Réalisation : Ronan Loup.