Votre librairie disponible 24/24 h

Librairie La Galerne - 148, rue Victor Hugo - 76600 Le Havre

02 35 43 22 52

o n l a l u

http://www.onlalu.com/

o n l a l u est un site de critiques et d'informations littéraires animé par une rédaction et ouvert aux internautes.

Le suspect

Barton, Fiona

Fleuve Editions

20,90
19 janvier 2020

Drame en Thaïlande

L’adolescence est un thème souvent exploré dans les polars. Cette période
instable, explosive même parfois, entre l’enfance et l’âge adulte, reste une
source inépuisable d’inspiration. Pour son troisième roman, Fiona Barton, une
ancienne journaliste spécialisée dans les faits divers, met en scène des
parents terriblement inquiets car ils n’ont aucune nouvelle de leurs filles
parties en Thaïlande célébrer leur bac ; des jeunes ivres de la liberté qui
soudain s’offre à eux ; des policiers et des reporters, véritables rapaces
comme la presse britannique en produit. Fiona Barton, elle-même une ancienne
journaliste spécialisée en faits divers, sait de quoi elle parle et n’épargne
pas sa profession.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

Histoire d'amour
19 janvier 2020

Amours vécues, amours rêvées

Se jouant des lois du temps et de l'espace, Stéphane Audeguy explore nos vies
réelles ou rêvées, nos amours imaginaires ou authentiques.

__ Chaque semaine depuis plus de trente ans, Vincent se rend au Louvre, en
nocturne. Combien de fois a-t-il ainsi dépassé cette statue de Diane
chasseresse sans remarquer le détail qui le frappe ce soir-là, cette veinule
de marbre ombrant l'aine de la déesse à l'endroit même où Alice, la femme
qu'il aime, porte une cicatrice ? Sous le coup de l'émotion, Vincent chancelle
aux pieds de la statue et se relève à l'orée d'une forêt, métamorphosé en
Actéon, le chasseur de la mythologie grecque qu'Artémis change bientôt en
cerf, furieuse d'avoir été surprise nue. De prédateur, il devient alors la
proie de ses chiens, qui ne le reconnaissent pas.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

Miroir de nos peines
19 janvier 2020

Le roman de l'exode

En 2006, à 55 ans, Pierre Lemaitre réalisait enfin son rêve de toujours :
écrire. Premier polar, premier succès, un avant-goût de l’ampleur du phénomène
qui allait s’abattre sur les librairies française quelques années plus tard,
et s’intitulait « Au revoir là-haut ». Un Goncourt plus tard, le romancier
pouvait se vanter d’avoir atteint son premier million d’exemplaires vendus.
Pourquoi s’arrêter en si bon chemin, alors qu’il s’amusait tant ? Ce sera «
Couleurs de l’incendie » puis, aujourd’hui, « Miroir de nos peines » qui clôt
la trilogie.

Pierre Lemaitre aime les « bad boys », les garçons sans foi ni loi, pas
antipathiques, mais prêts à tout pour s’enrichir, et surtout à faire le mal
pour le mal. Pour rien, juste pour le plaisir.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

LES SERVICES COMPETENTS
19 janvier 2020

Poursuivi par le KGB

Iegor Gran raconte l’histoire de son père, le dissident russe André Siniavski,
victime d’une traque littéraire orchestrée par le KGB sous Khrouchtchev. Le
roman relate la répression systématique de toute littérature dissidente, en
même temps qu’il fait la peinture d’une époque et d’un pays communiste pris
dans ses paradoxes. Burlesque, ironique et instructif, en un mot passionnant,
« Les Services compétents » est l’un des meilleurs livres de cette rentrée.

C’est en 1959, six ans après la mort de Staline, que paraît en France dans la
revue « Esprit » un traité d’esthétique ironique sur le réalisme socialiste.
Suivront d’autres textes de style fantastique signés du pseudonyme d’Abram
Tertz.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

Qui a tué Félix Potin ?

Giulio Zucchini, Mathieu Mercuriali

Éditions de l'Épure

20,00
12 janvier 2020

Un vrai western spaghetti !

C’était bien avant Amazon, shopping sur smartphone et révolution numérique.
Excusez du peu… en 1924, l’empire Félix Potin ne comptait pas moins de 10
usines, 5 chais, 600 concessionnaires, 70 succursales, 5000 clients épiciers,
650 chevaux et 80 automobiles. La commande était envoyée par pigeon voyageur,
ou par courrier, et la marchandise livrée à cheval ou triporteur. Tout était
déjà en place chez ce pionnier de l’épicerie, ce « Napoléon de la cassonade »
comme l’écrivait Adolphe Brisson en 1896 dans « Le Temps » _._

D’Arpajon à Paris, de la petite boutique rue Rodier au grand bâtiment du
boulevard Sébastopol, voici l’histoire et surtout le destin du jeune Félix,
formidable entrepreneur, shérif de l’industrie gourmande qui gère la chaîne de
production du cultivateur au consommateur. Pratiquant le bon goût, le patron
s’associe même à Nadar dont on peut alors collectionner les photos rangées
dans les tablettes de chocolat Potin.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u