Votre librairie disponible 24/24 h

Librairie La Galerne - 148, rue Victor Hugo - 76600 Le Havre

02 35 43 22 52

Les Simples

Les Simples

Yannick Grannec

Anne Carrière

  • 9 juin 2020

    Bonne fête maman - Bonne fête papa ♀♂

    Pour les papas et les mamans qui aiment les romans historiques.


  • par (Libraire)
    7 juin 2020

    Assez surprenante intrigue dans une abbaye bénédictine en Provence ou des religieuses soignent par les plantes.
    Mais leur autonomie financière fait des jaloux...
    Le Malin rôde, et le jaloux est pris à son piège...


  • 4 novembre 2019

    moniales

    Second roman que je lis de l’auteur dont j’avais beaucoup aimé "La déesse des petites victoires", je dois avouer que celui-ci m’a moins passionné de bout en bout.
    J’ai aimé certains personnages : Sœur Clémence l’herboriste qui forme Mathilde et Fleur ; la mère abbesse qui joue un bras de fer avec le nouvel évêque.
    Je n’ai pas vu venir la rébellion intra-muros, ni la sédition de Mathilde. J’ai aimé le revirement du jeune Léon et l’aide de la Malejambe. J’ai aimé les décoctions de plantes pour soigner les maux, jusqu’en fin de volume où l’auteure annonce qu’elles ne sont que le fruit de son imagination. Dommage.
    Un roman qui aurait gagné à être plus court et dont la toute dernière partie m’a paru bien inutilement cruelle.

    L’image que je retiendrai :
    Celle de l’hygiène douteuse des moniales.

    Quelques citations :
    Il en est souvent des êtres comme des simples, pense soeur Clémence, moins le sol leur donne, plus robustes ils sont. (p.78)
    Sœur Clémence ne l’a jamais rencontré au vallon obscur, mais elle sait que la peur y fait sortir la par sombre que chacun occulte. (p.79)
    Elle n’a jamais trouvé un remède à la mélancolie. Elle n’a réussi qu’à enrayer la progression des troubles chez certaines. Personne n’en guérit vraiment et chacun doit apprivoiser au mieux sa part obscure. (p.309)
    https://alexmotamots.fr/les-simples-yannick-grannec/


  • 21 octobre 2019

    Nous sommes au XVIème siècle, chez les Bénédictines, dans un couvent où les sœurs essaient de soulager les douleurs du peuple. L'abbaye de Notre-Dame du Loup abrite en effet un hôpital sur lequel règne Sœur Clémence, qui n'a pas son pareil pour utiliser les plantes. Le Roi lui-même protège le lieu, bénéficiant parfois du savoir-faire de l'herboriste.
    Cependant le nouvel évêque de Vence, Jean De Solines, avide de cette source de richesses, dépêche deux vicaires dévoués, dont le jeune et sensible Léon, afin de trouver matière à scandale, et ainsi détourner de ce lieu les faveurs du Roi.
    Les intrigues dépasseront les prévisions de l'évêque, et lorsque l'Inquisition s'empare des renseignements, le Diable lui-même y trouvera son compte.
    Une fresque immense et très détaillée, encore une fois, Yannick Grannec n'a pas son pareil pour passionner son lecteur et l'entraîner vers la connaissance de l'âme humaine, tellement complexe !


  • par (Libraire)
    21 octobre 2019

    Coup de coeur Sophie

    Nous sommes au XVIe siècle à l’abbaye bénédictine de notre Dame de Loup,qui est réputée jusqu’à la cour grâce à ces lotions fabriquées à base de « simples » .
    En effet la doyenne de la communauté Sœur Clémence à une grande connaissance des plantes et les utilisent pour soigner les patients de l’hôpital adossé au couvent .
    Mais l’évêque veut s’approprier ce savoir pour son propre bénéfice et décide de tout faire pour discréditer les moniales …
    Après l’excellent « déesse des petites victoires » l'auteur nous propose un roman historique jubilatoire qui nous dévoile d’une part la vie « tourmentée » et « réglementée » d’une abbaye et d’autre part traite du délicat sujet du savoir qui si il n’est pas « scientifique » est considéré comme hérétique et pire si ce sont les femmes qu’ils l’exercent
    alors ce ne peut être que de la sorcellerie !!!


  • 9 septembre 2019

    Herboristerie, monastère et Inquisition

    Roman lumineux, très documenté et passionnant à mi-chemin entre la grande Histoire et la petite histoire. L'abbaye bénédictine médiévale et ces femmes, instruites, si particulières, comme si vous y étiez...  en lutte avec le pouvoir politique, séculier et ecclésiastique pour leur indépendance. La vie des moniales servie par une écriture détaillée et riche : la curiosité et l'intrigue va vous emporter ! 


  • par (Libraire)
    28 août 2019

    Foisonnant, haletant et érudit

    Les simples, ce sont ces plantes médicinales utilisées par les bénédictines de l’abbaye de Notre Dame du Loup pour leurs préparations. En plus de la protection du roi, elles leur garantissent une certaine autonomie. Mais le nouvel évêque de Vence va bousculer la vie presque tranquille de ces moniales.
    Scandales, jeux de pouvoir, intrigues, complots, cupidité: un roman historique foisonnant, haletant et érudit !


  • par (Libraire)
    24 août 2019

    L'histoire d'une petite communauté de bénédictines vivant tranquillement dans l'abbaye de ND du Loup, en Provence.
    Nous sommes en 1584. Le nouvel évêque de Vence lorgne sur le matrimoine des moniales, qui s'enrichissent en commercialisant les remèdes de sœur Clémence, une herboriste de talent.
    Autant dire que la quiétude des lieux et la relative liberté des moniales vont être mise à mal car la situation va vite dégénérer. Il est ici question de femmes qui guérissent - donc de sorcières : la porte est ouverte pour faire entrer le diable.
    L'autrice est une conteuse hors pair, elle a le chic pour nous entraîner dans des univers différents à chaque nouveau roman.


  • par (Libraire)
    19 août 2019

    Le pouvoir des plantes

    Le pouvoir guérisseur des herbes et des simples serait-il menacé, en danger ? Quels savoirs, quels intrigues et quelles révélations se nichent au cœur de ce couvent provençal en cette fin de XVIe siècle ? Avec talent et force détails, Yannick Grannec déploie un roman riche d'histoires et de rebondissements. Le pouvoir et l'argent suscitent envies, colères, mensonges et ruses au cœur des communautés religieuses présentes. L'indépendance des moniales ne fait pas l'unanimité et la convoitise semble tout régenter. L'âme humaine n'est jamais ou rarement aussi simple qu'elle n'y paraît et se perd plus sûrement à comploter et à manipuler.