Votre librairie disponible 24/24 h

Librairie La Galerne - 148, rue Victor Hugo - 76600 Le Havre

02 35 43 22 52

Les pigeons de Paris
EAN13
9782917817490
ISBN
978-2-917817-49-0
Éditeur
Contre-Allée
Date de publication
Collection
FICTIONS D'EURO
Nombre de pages
96
Dimensions
15 x 11 x 0 cm
Poids
74 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

Autre version disponible

Les pigeons de Paris

RÉSUMÉ

Un texte d’une grande force métaphorique

Dans un village isolé d’Espagne, Juan attend sur le pas de sa porte celles et ceux que l’on devine arriver au loin pour exproprier le vieil homme de là où il a vécu et grandi. Ils sont jeunes, pressés et ambitieux de faire table rase d’un passé, pour y construire un avenir à leur façon. Ce sont les enfants de Clio, fille d’expatriés à Paris revenus au village le temps d’un été, durant l’enfance de Juan. Nous étions alors dans l’après-guerre, Clio rencontrait Juan, lui apprenait à lire et lui faisait découvrir un monde vaste et diversifié. Elle était la promesse d’un ailleurs, d’un avenir meilleur. Quelques cinquante ans après, Juan se rend à Paris répondant à l’ultime invitation de Clio, victime d’une tumeur maligne au cerveau. Clio lui laisse alors ses biens en héritage.

De la petite à la grande Histoire, un texte sur le fil

Si la nostalgie sous-tend le texte, c’est dans le contexte d’un enjeu mémoriel, incarné par les destinées de Juan et Clio (Muse de l’Histoire). L’histoire de Juan témoigne que depuis l’après-guerre, la confrontation des valeurs s’est faite au détriment de celles d’une politique qui prônerait une Europe dite sociale. Quant à Clio, elle reflète une Europe malade, en perte de sens, dont la promesse d’un monde meilleur à vivre échoue.

On connaît bien Victor del Arbol pour son art du scénario. Une fois encore, il excelle ici, dans une forme pour autant beaucoup plus courte qu’à son accoutumée.

BIOGRAPHIE DE L’AUTEUR

Magnifique architecte qui tient les pièces du puzzle, place quelques scènes d’une grande puissance symbolique, sans jamais oublier la force charnelle. – Christine Ferniot, Télérama

Victor del Árbol est né à Barcelone en 1968, de parents venus dans les années 60 d’Andalousie et d’Extrémadure. Tour à tour soudeur, garçon de café et séminariste, il commença sans les terminer des études d’histoire, de droit et de théologie. Il est depuis vingt ans membre de la police catalane (Mossos d’Esquadra). Il a travaillé comme speaker et rédacteur pour le programme radio « Cataluña sin Fronteras ». Mais surtout il est, et a toujours été écrivain. Son premier roman La maison des chagrins publié en 2006 a reçu le prix Tiflos. C’est toutefois la parution en 2011 de La Tristesse du Samouraï, traduit en une douzaine de langues et best-seller en France, qui lui apporte la notoriété. Ce roman remporte le Prix du polar européen 2012 du Point, et finaliste du Prix polar SNCF 2013. Son dernier roman, Toutes les vagues de l’océan, a reçu le Grand Prix de Littérature Policière, roman étranger - 2015.

BIOGRAPHIE du TRADUCTeur

Claude Bleton a été enseignant d’espagnol, puis directeur de la collection « Lettres hispaniques » chez Actes Sud entre 1986 et 1997 et directeur du Collège International des Traducteurs Littéraires (Arles) de 1998 à 2005. Il a traduit environ 150 titres et a publié en tant qu’auteur Les Nègres du traducteur (Métailié, 2004), Vous toucher (Le Bec en l’air, 2007), Broussaille (Éditions du Rocher, 2008).
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Víctor del Árbol